Tomographie sismique
La campagne de tomographie sismique

Les essais préliminaires et mise au point du système


Revenir au titre


La campagne de tomographie sismique

La méthode consiste à donner un choc au massif en un point particulier grâce à un moyen spécifique (explosif, canon à air, marteau, etc.), puis à mesurer à une certaine distance le temps d’arrivée des ondes élastiques provoquées. Les matériaux les plus élastiques possédant des vitesses très élevées, cette méthode permet d’estimer les propriétés élastiques des terrains traversés. Elle peut être mise en œuvre dans un trou de forage soit en plaçant une charge en surface et en prenant la mesure dans le trou à une profondeur variable (méthode descendante), soit en plaçant la charge dans le trou et prenant la mesure en surface (méthode montante). Elle peut également se faire entre 2 trous, la charge étant dans l’un et les capteurs dans l’autre.




Principe de la tomographie sismique en forages

Utilisée de manière appropriée, la sismique permet de faire une tomographie du massif ; c’est-à-dire la reconstruction d’une structure interne du terrain à partir des temps de parcours ou des amplitudes des ondes sismiques. Dans ce deuxième cas, on utilise l’atténuation des ondes pour évaluer les propriétés élastiques du milieu. Pour faire de la tomographie, plusieurs essais doivent être faits avec différents trajets de parcours des ondes. Pour cela plusieurs sources et récepteurs doivent être placés autour de la zone à étudier. Pour un meilleur rapport qualité-prix, nous souhaitons la réalisation de 4 sondages car cela permet de multiplier le nombre de panneaux par 2 (6 panneaux) pour une augmentation marginale d’un sondage (3 sondages ne permettent que 3 panneaux).

Revenir au titre

Essais préliminaires et mise au point du système

Des essais prélimaires à faible profondeur ont été réalisés en juillet et décembre 2003. Leur but était d'évaluer le matériel, et notamment de choisir la source sismique la plus adéquate. Le choix s'est finalement porté sur un "sparker".



Bobinage du câble de raccordement des hydrophones.



Générateur et sonde du Sparker.



Vue du site étudié entre le forage 3 et 4 avec l'emplacement de la source et des récepteurs.

Les mesures sismiques proprement dites ont été réalisées les 16, 17 et 19 janvier 2004. Les résultats obtenus sont très encourageants. En effet, les signaux sismiques sont relativement bien passés au travers de la couche d'argile wealdienne. Par contre, les mesures ont été mauvaises et souvent même inexploitables dans les couches sur et sous jacentes, pourtant plus indurées. Les tomogrammes obtenus ont dès lors une résolution inférieure à ce qu'on pouvait attendre. L'interprétation complète et l'évaluation de cette campagne d'essais sont toujours en cours actuellement.



Exemple de signaux enregistrés par les hydrophones lors des premières mesures et le tomogramme obtenu sur base de ces informations.