Historique de la découverte des iguanodons de Bernissart

Enfouis dans le sous-sol de Bernissart depuis 125 millions d’années, les iguanodons furent découverts en 1878 dans des conditions particulières.

C’était le début du mois de mars 1878. Dans la fosse Sainte-Barbe du Charbonnage de Bernissart, les mineurs perçaient une galerie de recherche à 322 mètres de profondeur. Quittant soudainement le terrain houiller, ils creusèrent des argiles dégageant une forte odeur de marécage, pour en extraire une série de fragments dont la consistance évoquait celle du bois pétrifié. Remontés à la surface, ces objets insolites n’allaient pas tarder à révéler leur nature : il s’agissait d’ossements d’iguanodons. La certitude d’avoir affaire aux grands dinosauriens qui dominaient la planète il y a 125 millions d’années souleva un enthousiasme qui s’accrût encore lorsque le percement d’une deuxième galerie indiqua que le gisement s’étendait, au moins, jusqu’à 356 mètres de profondeur. Les fouilles qui se poursuivirent pendant trois ans permirent de remonter à la surface les ossements de 29 iguanodons, une phalange et des excréments de mégalosaures, six tortues, des crocodiles, un amphibien proche de la salamandre, un insecte préhistorique, les restes fossilisés de végétaux et de quelque 3.000 poissons. Finalement, pour des raisons économiques et techniques, les fouilles en restèrent là.

Depuis lors, différentes tentatives de ré-exploitation ont été envisagées :

les Allemands pendant la guerre 1914-1918 (travaux interrompus par la fin des hostilités).
le ministre Jules Destrée dans l’entre-deux-guerres (la tentative ayant échoué par manque de budget).
les Allemands pendant la guerre 1940-1945 (travaux sabotés par la résistance).

Les exploitations de Bernissart arrêteront en 1926, et les puits seront remblayés et recouverts d’une dalle de béton. La même société continuera l’exploitation dans le même gisement à son siège d’Harchies jusqu’en 1964 : date de sa fermeture définitive.