Résultats préliminaires des sondages exploratoires.

Sondage BER3

Le sondage BER3 a débuté le 23 septembre 2002 et s'est terminé le 27 novembre 2002 et a duré 46 jours. Le forage a été carotté entièrement de la surface jusqu'à -349.95 m.Les couches wéaldiennes ont été rencontrées à environs -265 m et ont une épaisseur d'environs 50 m. Le socle houillier a été touché à environs -315 m. La coupe lithologique a été réalisée sur base de la descrition des carottes de forage. Elle reprend les différentes formations rencontrées, le nom des unités géologiques, et indique la présence de passe conglomératiques et de faille ainsi que leur inclinaison.

Les diagraphies réalisées permettent de détecter les différentes structures lithologiques présentes dans le sous-sol et de localiser précisément le toit de la formation wéaldienne à -263 m, et de positionner la transition wéaldien - houillier à -316 m. La puissance des argiles wéaldiennes est donc de 53 m.

Ces informations sont reprises sur la figure comparative des informations du forage. Sont repris sur cette figure les différentes informations recueillies lors du suivi du forage. Le premier diagramme est la courbe d'état d'avancement du forage. Le second est celui de l'avance moyenne par tige. Le troisième est celui du taux de récupération de carotte. Le quatrième est celui du rendement de chantier.

La figure comparative permet de constater que les problèmes majeurs rencontrés lors du forage tirent essentiellement leur origine des formations conglomératiques à matrice argileuse difficiles à forer. C’est en effet dans ces couches que simultanément les rendements de forage, les taux de récupérations de carotte et les avances par passe sont les plus faibles, et les taux d’usure de couronnes les plus élevés. Le rendement moyen de chantier tourne environs de 80% dans les phases de forage normal. Il chute à 20% voire moins dans les faciès conglomératiques. Le taux de récupération est excellent entre 90 et 100 % sauf dans les passages de conglomèrats à matrice argileuse où il chute à moins de 50%.

Le diagramme de répartition du temps donne une bonne idée de la répartition des différentes tâches sur la durée du chantier.

Des analyses morphologiques et minéralogiques ont été réalisées sur différents échantillons prélevés dans les niveaux d'argiles wéaldiennes et susceptibles d'être des fossiles. Résultats des analyses.


Sondage BER4

Le sondage BER4 a débuté le 2 décembre 2002 et s'est terminé le 20 décembre 2002. Il a été réalisé en 15 jours dont 10 jours de forage non stop. Le forage a été réalisé en destructif jusque -268 m et ensuite a été carotté de -268 m à -330.85 m. La décision de carotté à -268 m a été prise le 11 décembre car les cuttings qui remontaient avec la boue de forage semblaient être de l'argile sombre. Les carottes remontées n'ont pas montré d'argiles wéaldiennes.

Les diagraphies du forage BER4 mettent en évidence une bonne corrélation des couches supérieures à -246 m entre BER3 et BER4. Plus bas, il semblerait que soit les argiles sont présentes mais n'ont pas les mêmes propriétés mécaniques que dans le forage BER3, soit elles sont absentes.

On n'aurait donc pas de wéaldien dans le forage BER4.


Sondage BER2

Le sondage BER2 a débuté le 2 décembre 2002 et s'est terminé le 10 mars 2003. Le forage a été réalisé en destructif jusque -268 m et ensuite a été carotté de -268 m à -330.85 m. La décision de passer en forage carotté à -268 m a été prise le 17 décembre car les cuttings qui remontaient avec la boue de forage semblaient être de l'argile wéaldienne. Les intempéries de début d'année ont provoqué un retard dans la reprise du chantier, et lors de la reprise, un éboulement du puits a été constaté à -63 mètres. Un nettoyage du trou a été nécessaire.

Les carottes remontées à partir de -268 m ont montré des argiles wéaldiennes. Le socle houiller a été atteind vers -291 m.

Les diagraphies du forage BER2 mettent en évidence une bonne corrélation des couches entre BER3 et BER2. Le sommet des argiles wéaldiennes se situe à -227 m. 41 m d'argile ont donc été forés en destructif. Les argiles s'achèvent vers -289 m. On aurait donc une puissance d'argiles wéaldiennes de +/- 62 m.

Le forage BER2 a fait l'objet d'une description détaillée des couches d'argiles rencontrées.